Sacha Clément, journal de bord

Quelques aléas, vus d'ici et d'ailleurs

Sacha Clément, un journal de bord

La réunion, voyez-vous

Ca devient n’importe quoi.

A tel point qu’on perd le fil; on en perd la tête; on perd toute direction.

Ceux qui parlent ne font plus que du bruit.

Ceux qui écoutent ne font plus que semblant.

Les discussions se rallongent alors que le temps d’écoute se rétrécit.

Dans l’auditoire, on croise les bras, voire les jambes - posture défensive par excellence, il parait.

L’orateur tente la mauvaise blague, se force à rire pour stimuler l’auditoire - posture de désespoir, il parait.

Ceux assis au fond, ouvertement ouvrent leur laptop, désormais pianotent, travaillent.

Ceux assis devant, discrètement sortent le smartphone, désormais pianotent, Instagram.

Ceux qui parlent ne font plus que du bruit. Ceux qui écoutent ne font plus que semblant. Les discussions se rallongent alors que le temps d’écoute se rétrécit.

L’orateur suivant, si préparé, lit ce qu’il présente, ligne par ligne, il énumère pile poil ce que tout le monde voit sur son Powerpoint, bonjour l’ennui.

L’orateur précédent, mal préparé, improvise en faisant participer l’assemblée, quel énergumène, meubler sa présentation grâce aux autres, ça va un moment, personne n’est dupe on n’est pas cons, le mec n’a rien préparé, quel guignol.

Le moment jubilatoire reste la pause, vive les pains au chocolat gratuits, les fruits offerts, le café à l’oeil, le Wifi aussi.

Et puis on y retourne.

A la mine.

A la réunion.