Sacha Clément, journal de bord

Quelques aléas, vus d'ici et d'ailleurs

Sacha Clément, un journal de bord

En forme

Aux enfants, on leur apprend les formes.

De politesse, qu’il faut mettre pour y obtenir les faveurs parentaux. Mettre la forme, et ainsi se voir récompensé d’un carré de chocolat (Cailler). Ou d’une barre cylindrique (Twix). Ou d’un triangle (Toblerone). Ou d’une boule (Lindt).

N’en déplaise aux parents: les formes, c’est bien.

Bien qu’il faille savoir rester droit, toujours éviter de courber l’échine devant les volontés des enfants, ne jamais faire des courbettes aux règles bien droites.

Donc oui, les formes, c’est bien.

Papa au bistro abonde, lui qui reluque les formes de madame, non pas la sienne, de femme, mais celles d’une passante qui n’a rien d’un plot. Papa imagine ces seins en forme de poires, de petites cerises ou de grosses pommes, subitement on aime les pastèques, subitement on est joueur et on aime les belles balles; on est en forme innovante et on se revoit sur une île triangulaire des Bermudes en bermuda, à regarder le triangle bikini de la voisine.

Deux tours de taille en moins, jadis on pétait la forme, le trapèze des épaules fut omnipotent. Désormais c’est du passé, tout ça est transformé en des formes plus molles: la bedaine en forme de bidon.


Mais revenons aux formes. Car il faut l’être.

Papa s’y revoit alors, c’était il y a 20 ans: deux tours de taille en moins on pétait la forme, le trapèze des épaules fut omnipotent. Désormais c’est du passé, seul ce carré Polaroïd le prouve - aujourd’hui les heures de fitness sont transformées en des formes plus molles: désormais sa bedaine est en forme de bidon.

Lors des sorties entre copains aussi, on était en forme olympique, on résistant à tout, aux plateaux rectangulaires des shots d’un soir; les longs drinks aux pailles tortillées qu’on enquille par lignées. Aux boissons certains ajoutaient une ligne, d’autres un cône, roulé main, à pouffer des cercles de fumée.

Toujours les formes, donc.

Se voir récompensé d’un carré de chocolat (Cailler). Ou d’une barre cylindrique (Twix). Ou d’un triangle (Toblerone). Ou d’une boule (Lindt).


Avec la technologie aussi. Entre deux séances ou deux tours d’horloge, on s’offre une séance iPad détente, doigt en gâchette, à appuyer sur ce rond qui fait office de bouton à tout faire. Nul besoin de tourner en rond, on appuie vigoureusement sur le carré des applications ou du triangle Google Play, de temps en temps on met quelques ronds sur une application payante, ça occupe le petiot pendant que papa pèle les carottes bigornes, les courgettes déformées, le carré de veau, ou les frites rectangulaires.

Le ménage aussi, c’est la quadrature du cercle. On impose de suspendre sa veste à ce triangle (cintre), ses chaussures (à virgule ou à trois bandes) qu’on arrange, symétriques, sur l’armoire murale qu’on a fixé à coups de boulons octogones, tournevis à croix voire plats, jadis on y empilait son chapeau haut de forme.

Triangle. Rond. Cercle. Carré. Rectangle. Losange.

Les formes c’est bien, cela forme notre caractère.

La forme, savoir y mettre du sien.