Sacha Clément, journal de bord

Quelques aléas, vus d'ici et d'ailleurs

Sacha Clément, un journal de bord

Derrière Hambourg

Derrière les embranchements se cache le bric-à-brac. Derrière le vert se cache le charbon ardent. Derrière l'osmose se tient la pénitence. Derrière le paisible se cache l'enfer. Derrière la verdure se cache la souillure. Derrière l'arbre se cache la forêt. 

Derrière la ville d'Hambourg se cache ses racines: son port.  

HAMBOURG / Ville somptueuses, l'Elbe magnifique, culture ancestrale.

HAMBOURG / Ville somptueuses, l'Elbe magnifique, culture ancestrale.

Derrière Barcelone, New York et Lisbonne, Hambourg est la 4e ville favorite des Suisses (Hotelplan).

Derrière ce succès se cache donc le port d’Hambourg, il se dit que des porcs y affluaient jadis, ces marins assoiffés de bière, gueule sèche et carrée, tatouages au biceps, à la recherche des femmes, frivoles, qui n’étaient pas, contre monnaie courante, réfractaires à montrer leur derrière. 

Derrière ce succès, du temps des marins à celui d'aujourd'hui, se cache le sexe, la fête, la débauche, l'exutoire, la nuit et son monde.

Derrière la ville somptueuse, philharmonique majestueux; au-delà du port et de ses métaux lourds du passé, il y a la Reeperbahn qu'on se croirait à Ibiza; la Herbertstrasse qu'on se croirait à Amsterdam; les bras de l'Elb qu'on se mettrait à y boire de l'eau.

Derrière les portes closes des bars déambulent les hipsters d'aujourd'hui qui pourraient être les marins de jadis, plein spleen, couilles vidées.

Derrière cette réputation salace se cache tant de choses: le FC Sankt-Pauli; le Fischmarkt; la Beatles Platz; StrandPauli.

Derrière les préjugés, une ville qui s'attache à son port. Une ville qu'on abhorre.  Ou qu'on adore.

HAMBOURG / Derrière la verdure, les mains métalliques.