Sacha Clément, journal de bord

Quelques aléas, vus d'ici et d'ailleurs

Sacha Clément, un journal de bord

Les pros ping pong

Durant la journée, on se renvoie la balle, on échange les mots, les sémaphores, simagrées, on négocie dur et sec, on balbutie ; durant la journée oui les managers discutent, arguent, s’écharpent, psalmodies, s’engueulent en réunion ou par email ou par WhatsApp ou par téléphone, le ton monte, il faut optimiser le ROI, apprécier le CPC, calculer le CPL, « là tu dépasses les limites, tu triches sur les nombres ! » dira l’un, spécialiste en SEO.

Durant la pause de midi, on s’aère alors le cerveau, on déconnecte, on pense à autre chose, avec les autres leaders de la boite on va ripailler tantôt gastro tantôt bistro, on se rappelle le carré VIP de la boîte de nuit du weekend, on parle du rectangle vert donc du match de la veille, on se rappelle la boîte à cul et du triangle de Madame, les trapèzes du videur, on tourne en rond, cercle vicieux.
 

Le carré VIP de la boîte de nuit, le rectangle vert du match, la boîte à cul et le triangle de Madame, les trapèzes du videur, on tourne en rond, cercle vicieux.


Parfois on digresse sur le monde politique ou pas, Johnny ou pas, Trump oui mais non, le bitcoin certainement, la jolie secrétaire qu’on a envie de sauter mais désormais on saute ce sujet-là -– Harvey Weinstein oblige –- on va faire un jogging, un tennis mais dans chaque cas, quel que soit son choix à la pause de midi, on se fait cette promesse : on ne parle pas boulot.

Une fois le café bu, on y revient gentiment, au bureau.  

On passe alors, subreptice, devant la table de ping pong de la boîte, offerte par le management pour faire comme si : comme si on s'amusait ici, comme si l'ambiance était bonne ici, comme si c'était la rigolade ici, comme si ça pouvait bien passer ici, auprès dudit management, qu’une partie de ping pong entre leaders soit plus rentable que le ROI, le CPC ou le CPL qu’on devrait être affairé à analyser, dans la stratégie SEO.

A la pause ping pong ou au bureau, on se renvoie la balle, on échange les coups, les revers adroits contre les gestes gauches en attendant les coups tordus.
 

Les leaders, vêtus de pardessus, en ont donc encore sous la main : « allez une partie en vitesse avant le retour au bureau, on a le temps non ? », challenge le premier. « OK ! », rétorque le second, compétiteur.

On ne parle pas (encore) de boulot mais on repart de plus belle, on se renvoie la balle, on échange les coups, les revers adroits contre les gestes gauches en attendant les coups tordus, on négocie dur et sec, on ne balbutie plus mais on transpire ; durant cette partie toujours les managers discutent, échangent, arguent, s’écharpent, psalmodies, s’engueulent de vive voix ou par gestes explicites, le ton monte, il faut optimiser non pas le ROI mais le coup droit, travailler son jeu de jambes plutôt que le CPC, optimiser ses courses au lieu du CPL, « là tu dépasses les limites, tu triches sur le score ! » dira le spécialiste de SEO, qui vient de prendre une roue de vélo.

Et puis on repart de plus belle, au bureau.

Pour se remettre à parler ROI, CPC, CPL ou SEO. 

Car pendant la pause, on n'en a pas parlé, on n'a fait que jouer avec les nombres, sans y mettre la forme.
 

Pendant la réunion ou à la pause, on se renvoie la balle.

Pendant la réunion ou à la pause, on se renvoie la balle.